Comment réduire ses impôts ?

Comment réduire ses impôts ?

Les contribuables français estiment payer trop d’impôts. Cette impression concerne toutes les tranches de l’impôt. Cependant, beaucoup n’ont guère connaissance de la présence de dispositifs pour réduire ses impôts en toute légalité. Face à la quête de solutions pour alléger les charges fiscales, nous vous avons recensé quelques stratégies défiscalisant. 

1.  Collent réduire ses impôts sans investir ?

Eh oui, il est possible de bénéficier d’allègement fiscal avec votre situation actuelle. Mais avant d’entamer toute démarche pour y aboutir, assurez-vous de payer l’impôt juste. Découvrez ci-après quelques astuces de réduction d’impôts sans recourir à des investissements. 

  • En optimisant le taux

Actuellement, l’impôt sur le revenu est collecté directement à la source, tous les mois et sur vos revenus.  Ce système vous offre la possibilité de réduction d’impôts à condition de choisir le taux adapté à votre situation. Pour cela, vous devez opter entre le taux individualisé, le taux personnalisé et le taux non-personnalisé. Alors, renseignez-vous sur celui qui est adapté à votre situation personnelle.

  • En déclarant les déductions et crédits d’impôts

Cette méthode passe par un tour d’horizon de vos dépenses annuelles. À ce propos, veuillez noter que certaines de vos dépenses réduisent le montant de vos charges fiscales. Comment ça marche ?  Et bien, si le montant de vos crédits d’impôt est au-dessus de vos impôts, alors vous bénéficiez tout de suite d’un remboursement venant de la Direction Générale des Finances Publiques.

Mais, il est impératif de déclarer vos déductions et crédits d’impôt. Vous devez alors remplir le formulaire 2042-RICI correspondant à la déclaration des réductions et des crédits d’impôt.

Ci-après une liste des catégories de dépenses pouvant vous faire bénéficier de déductions ou crédits d’impôt :

– Le télétravail dans le cadre des allocations employeur sous présentation des justificatifs.

–    L’usage de véhicules non polluants

– Les travaux d’économie d’énergie inclus dans la transition énergétique.

      –  Les tâches d’aides à domicile comme le ménage, les soutiens scolaires, la garde d’enfants, le bricolage, le jardinage, etc.

      –    Les dons à des associations d’aide à la personne ou à des actions d’intérêt général.

Certaines sont entièrement déductibles et vous font bénéficier d’un crédit d’impôt égal au montant dépensé. Pour d’autres, c’est seulement en partie.

  • En tirant parti de votre situation familiale

La déclaration de certains événements autour de votre situation familiale peut réduire vos impôts.

Premièrement, déclarer vos enfants à charge augmente d’une demi-part votre quotient.  En exemple, la déclaration de leurs études (en fonction du niveau) vous offrira jusqu’à 183 euros de baisse d’impôts.

Deuxièmement, si vous êtes pacsé(e), la déclaration de cette situation diminue significativement les impôts sur le revenu de votre foyer fiscal.

Troisièmement, si vous habitez avec une personne de plus de 75 ans qui n’a pas de lien de parenté. Toutes les dépenses associées seront automatiquement déductibles d‘impôts, mais après déclaration bien sûr !

Dernièrement, l’hébergement d’une personne dépendante (handicapé, séniors, etc.) vous fera bénéficier de réductions d’impôts jusqu’à 25% des dépenses. Toutefois, cela a une limite de 10 000 euros/personne.

2.  Réduire ses impôts grâce à des placements financiers

Il est tout à fait possible de réduire ses impôts en effectuant des placements financiers. Plusieurs dispositifs peuvent vous aider selon vos choix.

  • Plan Épargne Retraite (PER)

 Le Plan Épargne Retraite  ou PER demeure le plus apprécié des Français en matière d’investissement permettant de bénéficier de baisse d’impôts. Avec PER, on remarque une certaine liberté dans la gestion de votre épargne en retraite. En plus de versements déductibles d’impôts sur revenu, vous aurez la possibilité de définir la sortie de cet investissement. Encaisser en capital une ou plusieurs fois, ou 100% en rente à la retraite, le choix est à vous. Enfin, l’autre énorme avantage est qu’il propose même un transfert d’épargne gratuite entre PER. Vous aurez donc libre choix sur le PER qui vous convient .

  •  SCPI : Société Civile de Placement Immobilier

Tout le monde peut y accéder avec l’avantage d’un placement à long terme.  Cette structure s’occupe de vos biens immobiliers mais à condition d’être propriétaire d’une partie d’un immeuble. SCPI gère, met en location à des épargnants et vous encaissez des profits. Vous entrez ainsi dans un système d’investissement collectif bénéficiant de réductions d’impôts selon les dispositifs Pinel, Denormandie, ou Malraux.

Les SCPI regroupent 3 grandes familles : les SCPI de rendement, de valorisation, et fiscales. Le grand avantage des SCPI est qu’il n’est plus question de gérer vos biens immobiliers. Elles s’en occupent entièrement et les frais de gestion vous reviennent en plus de réductions d’impôts. 

  • Les Fonds de placement

Vous pouvez également investir dans le Fonds Commun de Placement dans l’Innovation (FCPI), le Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) et la Société pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel SOFICA.

 FCPI et FIP ont été mises en place en soutien aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) françaises tandis que SOFICA se spécialise dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle. Le principal avantage d’un placement financier dans ces structures est que cela réduit automatiquement les impôts. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une exonération d’impôts sur le revenu sur les éventuels gains.

FCPI et FIP affichent un taux de réduction allant jusqu’à 25%, et SOFICA peut atteindre 30% sur un investissement annuel. Il suffit que l’entreprise soit éligible en respectant les conditions qui font d’elles une Très Petite Entreprise (TPE) ou une (Petite et Moyenne Entreprise) PME.

  • L’assurance vie : l’investissement long terme par excellence

Sur le long terme, adhérer à une assurance vie souligne beaucoup d’avantages. Ce capital investi engendre forcément des intérêts. Avec ce système de placement, vous choisissez l’investissement que vous voulez. Ici, il n’existe pas d’ordre de succession pour céder un capital. La fiscalité décroît en fonction de votre âge, et bien plus, ce système n’est pas touché par l’impôt sur revenu sauf en cas de rachat de contrat.

Il est également possible de retirer l’épargne quand vous voulez, mais avec des intérêts imposables.

  •  Réduire son impôt en soutenant des groupements forestiers

En soutenant l’action des Groupements Fonciers Forestiers (GFF) et Viticoles (GFV), vous percevrez des revenus et profiterez en même temps d’avantages fiscaux. En effet, vous soutenez ainsi leurs causes de soutien aux massifs forestiers et aux domaines viticoles. 

En termes d’avantages, les taxes peuvent descendre jusqu’à moins 18% avec les GFF.  Ensuite, vous aurez une exonération partielle ou totale de l’impôt sur vos revenus. Quant aux GFV, l’exonération peut atteindre 75%.

  • Investir dans les DOM-TOM

Le dispositif Pinel et les Fonds d’investissement de proximité (FIP) en outre-mer proposent des taux plus avantageux qu’en France métropolitaine.

D’un côté, la loi Pinel outre-mer repose dans l’investissement dans un bien immobilier neuf ou rénové pour le louer en résidence principale d’un locataire.  Les seules différences entre les dispositifs Pinel en métropole et dans les DOM-TOM résident dans le lieu de localisation du logement. Vous bénéficierez ainsi de réductions d’impôts importantes en investissant dans les départements et territoires d’outre-mer.

De l’autre part, investir dans un FIP en outre-mer ou en Corse réduira vos impôts de l’ordre de 30% contre 25% en métropole.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com